Le blues de la pince à linge

30102016-_mg_6959-modifierElle ne portera plus de caleçons,
Ni de chemises,
Adieu chaussettes et pantalons,
Une vilaine toile la paralyse.

Finis les soies et les coutils,
Plus rien à se mettre sous la dent,
C’est une pince à linge inutile,
Qui perd de son mordant…

… Bref, on ne devrait rien poster le vendredi soir… 😆 😳

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Viviane ROUQUIERmonique Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
monique
Invité
monique

Elle se repose, bras ballants sur un fil blanc, entourée d’un fin tissu, solide et brillant tel qu’elle n’en n’a jamais supporté.
Ce halo léger la protège du temps et des charges, l’entoure de douceur et de lumière.
Fini la morsure et la pince, c’est le repos douillet.

Viviane ROUQUIER
Invité
Viviane ROUQUIER

Blues de la pince à linge (suite)

Subtilement emprisonnée,
Cocon fragile et transparent,
Elle se balance au gré du vent.
« Mordant » : celui de l’araignée