Dans la ville, pulsation toulousaine #2

Oscillations toulousaines…
previous arrow
next arrow
ArrowArrow
Slider

 

Vu et à voir :

Une grande exposition du photographe Pierre de Fenoÿl joliment et très justement intitulée “L’Eclat des Ombres” est à l’affiche du musée Paul Dupuy tout l’été.

P. de Fenoÿl ne voulait pas être documentariste ou photojournaliste ni travailler sur commande. C’est de la photo sans événement. Sans événement mais qui offre le plaisir du contraste. En effet les oppositions de tons, marquées mais non heurtées, les trouées de lumière, le jeu abstrait du noir et du blanc se suffisent à eux-mêmes. L’accrochage passe sans transition d’une image du Tarn où le photographe s’était installé à un paysage toscan avec une ressemblance facile, évidente mais aussi parfois à un jeu d’ombre égyptien où il avait voyagé. Et on passe donc d’un paysage occitan ou italien à l’Egypte sans en être choqué. C’est la même poésie. L’élégance des lignes, traits d’ombre ou de lumière, leurs courbures ou leurs brisures enchantent : arbres délicatement inclinés, arches, colonnes, horizons…

C’est au musée Paul Dupuy, jusqu’au 2 septembre, l’entrée est à 2€ et c’est à ne pas manquer.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
manu' Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
manu'
Invité

Merci pour l’information ! C’est noté 😊