Dans la ville, pulsation toulousaine #5


Vu et à voir :

Souvent, la photographie nous fait mesurer le passage du temps. Elle redonne son lustre aux ruines, sa jeunesse aux visages. 
La mini-série disponible sur Arte, “Urbex rouge”, explore, en compagnie d’artistes, les vestiges du communisme soviétique laissés à l’abandon : architectures grandioses, martiales, détériorées ou en cours de délabrement, inspirations antiques ou futuristes… 

Affirmations d’une puissance mais témoins d’un empire effondré. Témoins d’une tyrannie trop récente pour qu’on songe à les préserver. 
Mais on ne les démolit pas non plus : on laisse faire le temps qui, en détruisant les traces, donne de la valeur aux images d’archive. C’est ce qui est fascinant : ces images fragiles qui gardent les lieux intacts dans un passé figé se confrontent à leur lente et réelle évolution marquant alors notre éloignement de cette époque.
Les fantômes, même de béton, sont encore là : ils sont du temps palpable. 
Si rien n’est fait, ne resteront que les images. Elles prendront plus de place et plus d’importance que les monuments gigantesques qu’elles documentent.

Ces lignes estompées, ces frontières perdues, le rideau de fer,  Paul Baudon les suit aussi en accrochant aux cimaises du laboratoire Photon à Toulouse sa remarquable exposition « Uber die Grenze ».

Enfin, pour rester dans le thème, mon exposition “10315 jours” sera accrochée dans la salle Cavaillé de Larra à partir du 3 novembre et pour tout le mois. La salle est ouverte les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 17h à 20h ou sur rendez-vous.

Finissons avec la musique du vieux Mingus qui connaissait bien le blues de la frontière, celle du Mexique en l’occurrence, pour l’avoir célébré dans son fameux “Tijuana Moods”. Plus récemment, Géraud Portal reprend un autre de ses classiques qui tombe à pic pour cet article : “Oh Lord Don’t Let Them Drop That Atomic Bomb On Me”. 

Yeaaaahhhh !!!

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
serin
serin
7 mois il y a

Mes préférées parmi tes photos: L’Aloé Vera derrière la vitrine étoilée
Le X parfait étalé sur la pelouse
L’arbuste qui court derrière la jeune fille pressée
« Je suis bien au sec »
Toujours un plaisir de lire ton blog

Viviane
Viviane
7 mois il y a

Magnifique aloès dont les feuilles élancées rivalisent avec le soleil des brisures de la vitre. Silhouette floue d’une petite fille au chapeau sortie de la mémoire d’un autre siècle. La poésie de ton texte vaut tous les clichés et toutes les musiques.