Au bout du “A train”

Ce qui fût un ghetto noir au bout du “A train”, Harlem, étire sa légende, celle du gospel et de la souffrance muée en transe religieuse. 

Aujourd’hui la légende se visite et accepte toutes les devises majeures : livres sterling, euros, dollars… Et pourtant, tout y est naturel, les fidèles habillés de dimanche, les choeurs en aube, le sermon qui trouve approbation dans les “oh yeah !” du public et même le spectacle de la transe promis !

Vu et à voir :

Je n’ai pas eu le temps d’aller voir grand chose ces temps-ci.

Alors je vais faire un peu en avance, un petit peu de publicité pour un travail qui me tient à coeur depuis deux ans : c’est à la fois personnel, historique, familial, un peu occitaniste et poétique. Rien que ça !

Intitulé “28 septembre”, je l’exposerai pour la première fois à La Topina, place Lange, sous l’arche 4 du pont Saint Pierre à Toulouse. À suivre…

Allez, restons dans l’ambiance du gospel !

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
VivianeMathilde Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Mathilde
Invité
Mathilde

Un peu en retard mais ma photo préférée est la 5eme 🙂

Viviane
Invité
Viviane

Les trois dames de la deuxième photos me plaisent bien avec leur sourire, prises sur le vif, dans une atmosphère de détente.
Merci pour ton clin d’oeil à la grande et regrettée Jessye Norman !