Par la fenêtre

Il semble que 2021 nous laissera encore languir quelque temps derrière nos fenêtres, c’est-à-dire, pour moi, face à Notre Dame d’Alet. En voici quelques vues de 2020 accompagnées de la langueur – un peu déprimée – de Pierre Reverdy.

La cloche coeur

La cloche qui sonne on ne l’entend pas
L’air est trouble
Un bruit de pas glisse sur le palier
Personne n’entre
Non personne ne veut entrer

Il y a là une ombre qui tremble
Le soir est à la vitre et baigne la maison
Je suis seul
Et le temps d’attendre
A noué l’heure à la saison


Plus rien ne me sépare à présent de la vie
Je ne veux plus dormir
Le rêve est sans valeur
Je ne veux plus savoir ce qui se passe
Ni savoir si je pense
Ni savoir qui je suis


Dans la nuit les murs blancs fondent autour du poêle
Quand le chat regardait les signes du plafond
Il n’y aura rien ce soir
Arrête ta mémoire
Personne ne viendra te voir


Le coeur mieux étouffé bat sous la couverture
Et se démène à corps perdu
Qui viendra lui donner sa dernière blessure
Et qu’il ne se réveille plus

Pierre Reverdy, 1916

Té, trompons le blues avec ça :

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments